Ecologie pour tous (Jean-Louis Roumégas)

Le mal logement

Le nombre de logements sociaux publics sur la métropole est de 33 800, et il y avait 24 500 demandes en attente au 31 décembre 2018 ! Le délai d’attente est aujourd’hui supérieur à 2 ans.

En ce qui concerne votre commune, êtes-vous satisfait.e de la situation décrite ci-dessus, sinon quelles mesures proposez-vous pour l’améliorer ?

Pour nous la ville sera accueillante, verte, économe en énergie et en transition vers l’autosuffisance.

Elle sera co-construite avec les habitants des quartiers.

C’est aussi pour celà que pendant la campagne des municipales, nos tournées Puzzles (recueil des suggestions des habitants) dans les différents quartiers de Montpellier ont alimenté les réponses que nous apportons à ce questionnaire PPDV.

Il faut des mesures fortes à cause de l’attractivité de la ville.

Il y a un déficit de démocratie dans la construction. En effet en plus des structures composant l’organisation de la construction de l’habitat, il faut que les Maires des villes et des villages de Montpellier et sa métropole se ressaisissent d’une vision d’ensemble globale et stratégique de la répartition des logements sociaux.

Il faut un langage de vérité entre les communes et la Métropole.

L’accès au logement

Des mesures existent (loi SRU, loi Elan, permis de louer, encadrement des loyers…) concernant l’accès aux logements. On constate que le prix des loyers dans le parc privé est en moyenne de 12,5€/ m2, et peut atteindre 19€/m2 pour les petits logements qui sont les plus demandés. Certaines possibilités comme l’encadrement des loyers ne semblent pas utilisées.

Ces mesures vous conviennent-elles, pensez-vous qu’il faudrait en modifier certaines, ou en proposer de nouvelles ? Lesquelles êtes-vous prêt.e à appliquer ?

-Revoir le fonctionnement de la SERM.

-Rendre disponible un foncier à prix négocié.

-Apporter solvabilité et garantie à ceux qui s’installent.

Un toit pour tous

Actuellement, des centaines de personnes et de familles avec enfants habitent dans des bidonvilles, des squats, des garages, des tentes,… sur le territoire de Montpellier. Les conditions de vie y sont difficiles et parfois non sécurisées. Les expulsions, à la fin de la trêve hivernale, accentuent cette problématique, jetant chaque année de nouvelles personnes à la rue.

Quelles actions proposez-vous pour mettre fin à ces situations, pour garantir un toit à toutes et à tous ? Envisagez-vous par exemple de réhabiliter les espaces disponibles ?

Faire un recensement des logements et des espaces vacants dans le public et le privé.

Avec les organisations qui s’occupent de l’accueil des personnes en grande précarité, nous ferons un plan global d’accueil et d’hébergements, afin de rendre plus humain les conditions de vie de ces personnes.

L’habitat indigne et la rénovation

Dans la situation de tension immobilière que vit l’aire urbaine de Montpellier, l’habitat indigne et les passoires énergétiques se multiplient, aggravent la charge financière des ménages les plus pauvres pour se chauffer, aggravent leurs problèmes de santé ou en créent d’autres et constituent un problème écologique reconnu.

Il existe un plan départemental de lutte contre l’habitat indigne. Le connaissez-vous et vous paraît-il satisfaisant ?

Les structures compétentes du Département, de la Région et de l’ADèME nous y aideront.

Envisagez-vous une incitation à la rénovation de l’habitat ancien ? Comment éviter que cette rénovation ne conduise à écarter les personnes en difficultés et à une « gentrification » par l’augmentation des loyers ?

Nous ferons un plan Marshall de rénovation thermique des logements:

-35000 logements seront rénovés pour

-moins d’émission de CO2,

-moins de précarité énergétique,

-plus d’énergies renouvelables

vers l’autosuffisance locale, ces mesures feront baisser la facture énergétique des ménages.

Comment favoriser la lutte contre les passoires énergétiques ?

Idem, les structures compétentes du Département, de la Région et de l’ADèME nous y aideront.

Quelles mesures vous engagez-vous à prendre afin de faciliter l’accès au logement pour les personnes en situation de handicap ?

La Loi ELAN ne permet qu’un quota de 10% de logements accessibles aux PMR (Personnes à Mobilité Réduites). Nous prendrons des mesures plus favorables avec les interlocuteurs du secteur immobilier.

Mobilité

Vu les problèmes de prix des loyers, les personnes habitent de plus en plus loin de leur lieu de travail. Dans un contexte d’urgence climatique il nous paraît essentiel de développer des systèmes de transports alternatifs à la voiture individuelle et accessible à tous.

Quelles mesures proposez-vous ?

-Aménagement du territoire de la Métropole afin d’éviter la concentration et l’engorgement de la ville centre (100.000 voitures entrent chaque jour).

-Stopper les zones commerciales à l’extérieur de la ville.

-Réalisation effective de la ligne5 de tramway, plus de 2 lignes circulaires de bus en site propre.

-Tarification plus sociale des transports en commun.

-Tramway payant, mais augmentation de la fréquence de passage des rames et de l’amplitude horaire.

-Un PLD favorisé dans des accords locaux entre les municipalités et les entreprises pour que les employés utilisent les transports doux.

-Plan piétons, patate de voiries et meilleur maillage des transports en commun.

-Politique de promotion du vélo (présentation, apprentissage et aide en lien avec les organisations qui le font):

→ un réseau cyclable continu et sécurisé,

→ un réseau express vélos pour le transit entre les grands quartiers,

→ aide à l’achat et l’utilisation de cyclocargos pour les artisans et autres vélos électriques dans les plans de déplacements des entreprises.

→ Refonte de vélomagg et plus d’autopartage.

AirBNB

Dans un contexte de tension du marché du logement, le non-respect des règles initiales de AirBNB (résidence principale, nombre limité de nuitées/an) constitue une grave anomalie, favorisant des intérêts particuliers au détriment de l’intérêt général.

Quels arrêtés municipaux prendrez-vous éventuellement ?

Une réflexion est à mener sur le secteur du locatif à Montpellier et sa Métropole, avec l’Office du tourisme, les grandes chaînes de réservations et des propriétaires utilisant et pour certains usant de ce moyen individuel lucratif.

Une réglementation existe déjà. Nous mettrons les moyens nécessaires à plus de contrôle afin de limiter cette pratique et assainir ainsi le niveau des loyers à des montants raisonnables!

Des logements accessibles à l’année se révélerons ainsi.

Innovations

Des innovations sont nécessaires en matière de logement pour répondre à des aspirations nouvelles (habitats écologiques, habitats partagés, solidarités intergénérationnelles, occupations intercalaires, office foncier solidaire…)

Quelles innovations proposez-vous en matière de logement?

Une Métropole multipolaire avec dans chaque quartier et village de l’activité économique, du commerce de proximité et des services, afin de:

-limiter ainsi les problèmes de déplacements,

-stopper l’étalement urbain,

Pour tout çà, l’urbanisme doit être conçu et anticipé en co-construction.

Des Conseils de quartiers participatifs permettront cette co-conception et co-construction avec les habitants des quartiers concernés.

La création d’une fondation territoriale alimentée par des entreprises et citoyens pour financer en partie la transition climatique de la ville et ne pas laisser le financement à la seule charge des deniers publics.

Habitat et climat

Le réchauffement climatique (montée des eaux, phénomènes violents et canicules…) aggrave la situation de l’habitat notamment pour les plus précaires.

En matière de logement, quelles mesures proposez-vous face au réchauffement climatique?

Intégrer la biodiversité dans les projets mêmes:

-des logements plus bioclimatiques comme par exemple

Îlot du Gesclin. Ce projet est un îlot de reconquête urbaine avec des logements, une salle ouverte au public et des jardins.

-Il faut un retraitement des sols bitumineux et des murs végétalisés.

L’urbanisme doit intégrer la biodiversité, en faisant du logement plus qualitatif en verticalité lorsque c’est possible, afin de libérer des espaces verts.

-1000 hectares de fermes urbaines seront implantés pour éviter la perte d’autonomie alimentaire.

-De même des installations citoyennes seront recherchées pour viser l’autosuffisance énergétique sur Montpellier et la Métropole.

Coopération avec notre initiative

Nos associations ont développé une expertise sur ces sujets et ont des propositions concrètes, quelle collaboration envisagez-vous avec nous ?

Montpellier (dans sa Métropole) ne pourra être gagnante sur tous ces points sans co-construire avec vos expertises.

Des expériences existent en France et nous nous en inspirerons bien sûr afin d’être:

« Montpellier, la ville exemple de « l’écologie pour tous »,

mais aussi en toute tranquillité (police présente, prévention et travaux d’intérêt général en cas d’incivilité répétées). Une ville de l’agriculture (innovation des fermes urbaines) et de la culture locales à préserver (voir nos propositions).

Merci de nous avoir permis d’exposer nos propositions et celles des citoyens de nôtre ville.

www.ecologiepourtous.org