La Gauche qui nous Rassemble (Michaël Delafosse)

Le mal logement

Le nombre de logements sociaux publics sur la métropole est de 33 800, et il y avait 24 500 demandes en attente au 31 décembre 2018 ! Le délai d’attente est aujourd’hui supérieur à 2 ans.

En ce qui concerne votre commune, êtes-vous satisfait.e de la situation décrite ci-dessus, sinon quelles mesures proposez-vous pour l’améliorer ?

Il y a un manque criant sur la Métropole de Montpellier de logements disponible à coût social. En tant que candidat, je m’engage à poursuivre et amplifier l’effort de construction de logements sociaux sur la ville de Montpellier en prenant en compte la territorialisation de ces projets. En effet, sur certains quartier le % de logement social est trop élevé et nous ne pouvons pas continuer à risquer de déséquilibrer le tissus social sur ces secteurs.

Le PLH actuel prévoit une production de logements sociaux insuffisante, il faudra porter l’effort de production de logements sociaux à 40% parmi les constructions neuves.

L’accès au logement

Des mesures existent (loi SRU, loi Elan, permis de louer, encadrement des loyers…) concernant l’accès aux logements. On constate que le prix des loyers dans le parc privé est en moyenne de 12,5€/ m2, et peut atteindre 19€/m2 pour les petits logements qui sont les plus demandés. Certaines possibilités comme l’encadrement des loyers ne semblent pas utilisées.

Ces mesures vous conviennent-elles, pensez-vous qu’il faudrait en modifier certaines, ou en proposer de nouvelles ? Lesquelles êtes-vous prêt.e à appliquer ?

je suis favorable à l’encadrement des loyers dans le cadre du bouclier social que je propose, comme cela a déjà été fait, en particulier à Paris. Je mettrai en œuvre également une garantie de la ville pour les loyers des propriétaires privés en échange d’un alignement des loyers sur ceux des logements sociaux.

Un toit pour tous

Actuellement, des centaines de personnes et de familles avec enfants habitent dans des bidonvilles, des squats, des garages, des tentes,… sur le territoire de Montpellier. Les conditions de vie y sont difficiles et parfois non sécurisées. Les expulsions, à la fin de la trêve hivernale, accentuent cette problématique, jetant chaque année de nouvelles personnes à la rue.

Quelles actions proposez-vous pour mettre fin à ces situations, pour garantir un toit à toutes et à tous ? Envisagez-vous par exemple de réhabiliter les espaces disponibles ?

Nous sommes favorables à un plan de mobilisation avec l’ensemble des associations et acteurs de la solidarité, les collectivités locales et l’Etat afin de mettre en place un plan de résorption de l’habitat indigne.

C’est par l’action collective que nous trouverons ensemble les différentes solutions pour répondre à la variété des situations de grande précarité .

Par exemple, tous les leviers seront utilisés de façon mobiliser les logements vacants.

L’habitat indigne et la rénovation

Dans la situation de tension immobilière que vit l’aire urbaine de Montpellier, l’habitat indigne et les passoires énergétiques se multiplient, aggravent la charge financière des ménages les plus pauvres pour se chauffer, aggravent leurs problèmes de santé ou en créent d’autres et constituent un problème écologique reconnu.

Il existe un plan départemental de lutte contre l’habitat indigne. Le connaissez-vous et vous paraît-il satisfaisant ?

En tant que conseiller départemental, je connais les outils que déploient le Département et la Région pour répondre à la précarité énergétique et la lutte contre l’habitat indigne.

C’est en additionnant les forces des différentes collectivités, de l’Etat ainsi que des fonds européens que nous pourront démultiplier avec les différents acteurs notre efficacité .

C’est encore une fois par l’action collective que nous trouverons les solutions.

Envisagez-vous une incitation à la rénovation de l’habitat ancien ? Comment éviter que cette rénovation ne conduise à écarter les personnes en difficultés et à une « gentrification » par l’augmentation des loyers ?

Nous apporterons notre aide pour venir abonder les aides réglementaires existantes.

Nous soutiendrons les opérations de renouvellement urbain (Mosson et Cevennes) ainsi que la rénovation de la cité Saint Martin.

Les outils d’urbanisme existent pour permettre de rénover l’habitant ancien tout en évitant une gentrification.

Comment favoriser la lutte contre les passoires énergétiques ?

En incitant la rénovation des logements et en amplifiant la mobilisation de l’ensemble des outils (Adème, Region- ecochèque, Opah/Anah, programme aide à l’habitat du CD34, …

La métropole doit accentuer son effort d’information auprès des propriétaires pour faire connaître tous les dispositifs existants.

Quelles mesures vous engagez-vous à prendre afin de faciliter l’accès au logement pour les personnes en situation de handicap ?

Je m’engage , à l’identique de ce qu’a fait la Maire socialiste de Nantes, Johanna Rolland, à revenir sur la loi ELAN et à imposer que 100% des logements neufs soient accessibles tant dans le parc social que dans le parc privé.

Cette accessibilité des logements neufs est la seule possibilité pour, qu’à terme, l’accessibilité universelle ne soit pas simplement un droit abstrait mais une réalité concrète garantie à tous les citoyens.

Mobilité

Vu les problèmes de prix des loyers, les personnes habitent de plus en plus loin de leur lieu de travail. Dans un contexte d’urgence climatique il nous paraît essentiel de développer des systèmes de transports alternatifs à la voiture individuelle et accessible à tous.

Quelles mesures proposez-vous ?

Je propose pour réduire notre emprunte carbone, fluidifier la circulation et améliorer le pouvoir d’achat, la gratuité des transports publics dans la métropole de Montpellier.

Cette gratuité s’accompagnera d’un plan de mobilité ambitieux avec notamment la création de plusieurs lignes de bus à haute qualité de service en site propre, de la construction d’un réseau express vélo (REV).

Nous travaillerons sur l’intermodalité avec l’autorité organisatrice des mobilités qu’est la Région.

AirBNB

Dans un contexte de tension du marché du logement, le non-respect des règles initiales de AirBNB (résidence principale, nombre limité de nuitées/an) constitue une grave anomalie, favorisant des intérêts particuliers au détriment de l’intérêt général.

Quels arrêtés municipaux prendrez-vous éventuellement ?

L’explosion du nombre de logement disponibles sur Rb’B à des conséquences délétaire pour la ville, cela exclue du marché des logements qui pourraient être mis à disposition des familles et, pour les hôteliers, cela constitue une concurrence déloyale.

Le risque est, en plus, un effet inflationniste sur le montant des loyers pour les ménages.

Je prendrai un arrête municipal pour limiter le nombre de nuitées par an et exclure la possibilité pour des professionnels de détourner la Loi à leur seul profit.

Innovations

Des innovations sont nécessaires en matière de logement pour répondre à des aspirations nouvelles (habitats écologiques, habitats partagés, solidarités intergénérationnelles, occupations intercalaires, office foncier solidaire…).

Quelles innovations proposez-vous en matière de logement?

La Région met à disposition un outil, l’EPF, Etablissement Public Foncier régional, sur lequel il faut s’appuyer davantage de façon à pouvoir agir sur le prix du foncier, principal problème pour tous les projets immobiliers. C’est principalement par le foncier à un prix accessible que la collectivité peut accompagner les projets innovants.

Dans les projets de nouvelles ZAC, un lot sera réservé à un projet participatif.

L’ingénierie des services techniques de la Métropole seront mis à disposition des projets d’habitats innovants.

Habitat et climat

Le réchauffement climatique (montée des eaux, phénomènes violents et canicules…) aggrave la situation de l’habitat notamment pour les plus précaires.

En matière de logement, quelles mesures proposez-vous face au réchauffement climatique?

le PLUI doit tenir compte des modifications induites par le réchauffement climatique.

Imperméabilisation des sols, lutte contre les îlots de chaleur, …

L’isolation des logements est un objectif prioritaire.

sur la question des plus précaires : cf. autres questions

Coopération avec notre initiative

Nos associations ont développé une expertise sur ces sujets et ont des propositions concrètes, quelle collaboration envisagez-vous avec nous ?

Bien évidement, je suis ouvert à toutes les collaborations.

Pour moi la démocratie de construction est une méthode de travail indispensable.

Les expériences conduites dans d’autres villes telles que Kingersheim avec Jo Spiegel et Loos en Gohelle avec Jean François Caron, mais également Damien Carrème à Dunkerque sur la question du transport gratuit sont naturellement inspirantes.

Je ne doute pas que nous trouverons les outils utiles et efficaces pour partager nos expertises réciproques au profit des habitants.

https://www.delafosse-2020.fr